Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Articles récents

Erik Satie

29 Janvier 2018

une note regorge d’épaisseur

Satie gnossienne

fut-il à l’écart

fut-il vivant et à l’écart

 

qu’est-ce que je note ?

ma mémoire.

Lire la suite

Publié depuis Overblog

29 Janvier 2018

feuilles j’ouvre ta fenêtre au bord

d’une plaine de feuilles

feuilles

 

le feu est d’eau la pierre est un os

il trébuchât sur une bouse

de feuilles

 

collé au gouffre

il parlait dans un saccage un été

tout été est

un creux de vie

Lire la suite

Publié depuis Overblog

26 Janvier 2018

Receuil ERWIN BLUMENFELD

 

 

Sans titre (Autoportrait dans une boule argentée)

 

 

 

le sourire des veines

ta main c’est la mienne

et ton souffle et ma haine

au sein de la boule la scène

 

 

C’est qu’il y aura un jour

des miettes de moi

à côté des tiennes

 

 

Sans titre

 

 

Ma mémoire dans un placenta

le trou

si riant voilé poilant

même voile du péché

d’Emmanuelle

Il y avait et il y a déjà

que j’étais

déjà né

Lire la suite

SANS TITRE

26 Janvier 2018

Et voilà

c’est fait

 

C’est grossi 

c’est proche

 

Dans l’heure

revisitée

 

plus besoin

Voilà

c’est dit

loupe macule

la rampe

 

Et voilà

je suis 

dans le Besoin

 

Ce n’est plus remis

à Demain

 

C’est remis

à avant

 

Avant

que les mots

 

soient loin

Lire la suite

SANS TITRE - SCRIBÉ PAR MA CAMILLE

19 Janvier 2018

 

I.

Fev 2014-03

 

 

Dans cet accueillir qu’est l’espace

 

Tout tourne reste en place

 

Tout est incommode je ne peux puiser

 

Je suis mort        

                                      dérivant    

                                                         variations

                                                                            procédures directes

J’existe. pour sûr patate frontale

 

II.

 

 

J’existe dans ce qui m’est autre

Vous savez je suis de bonne foi

 

Nous sommes enfermés menotés cagoulés

 

- Rouge fixe -

 

Par les mains de personne

Dans l’infinie présence de l’adieu à la matière

 

Qui dure

et fait sa séance

Plénière

 

 

III.

 

La nuit est une blessure qui ne cicatrise jamais

Elle revient tous les soirs

Sans avoir cautérisé

 

Ainsi, comme un chien mural

Attendant bêtement

L’os de la nuit

 

Devant ce mur à peine éclairé

J’étudie

 

J’étudie des possibilités

Lire la suite

Les mortes

19 Janvier 2018

Les mortes, ce matin, ont parlées. 

 

Lorsque tous les ports de Paris sont vides, alors quelque chose s’ouvre. Cette chose. C’est lui. Cette chose. C’est la mer des lacunes. Il a bien entendu les deux mortes qui partaient. En quittant le lieu, alors que le soleil s’ignorait lui-même, il s’est estimé capable d’écrire. D’écrire sur leurs bouches l’incompréhension. L’incompréhension du geste.

 Il reste des os. Il reste encore un peu de matière dans l’océan vert. Pourquoi mille fois il s’est estimé vierge dans un océan ? Pourquoi cent fois il s’est estimé absent des grandes cales ? Et pourquoi il entend encore le cri invisible des deux mortes ? Le cri du visage, le cri des pénétrations. Entières. Glacées. A jamais munies d’un couteau pour réouvrir les plaies.

 

Il s’imagine que le temps est une ombre, et que l’ombre parle lentement à ses mains, qui tapotent sur le clavier pour ne pas avoir à se branler.

 

Il s’imagine que les souvenirs faussent les lacunes. Que la mer est belle, quand on ne la regarde pas.

Lire la suite

Les amours

19 Janvier 2018

et tu ne verrais plus, déserte

 

que nos torts, s’agitent 

dans la précision des foules

 

encore, hier l’air gras s’est manifesté 

dans la peau du ciel...

 

Et, mourra-t-elle ?

Cette nuit à moi-même 

 

et tu ne verrais plus, déserte

la blouse des mots

cette précision de tes yeux

 

sortis du train

Lire la suite

Publié depuis Overblog

19 Janvier 2018

si pour finir tout doit être

 

 

 

 

dans cette à porté de

 

 

                                              

                                                                                   risque

 

 

 

 

 

 

 

la différence de beauté 

Lire la suite

Y a t-il des origines ?

18 Janvier 2018

le temps passe

 

et je vis pour aimer

Lire la suite

MONA HATOUM, HAIR NECKLACE, 1995

18 Janvier 2018

le piège de l’instant

 

que l’on que je

abrégeraits 

 

entre épingle et son

détaché maman la terre

est plate maman

 

on s’est trompé

Lire la suite
<< < 10 20 30 40 50 60 70 71 72 73 74 > >>