Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Articles récents

RECEUIL : LES LIMITES DU POING

12 Mars 2020

 

 

1.

 

 

Il est déjà établi

 

2.

 

Lorsque l’on évoque toujours

                                   « Hubble voie de sinus »

 

- Mejnour autour des tables du photographié -

 

3.

 

un oiseau vole dans ton tremblement

                             tout ce qui a été.

 

C’est à moi de trembler pour une autre fois,

                                         saison que l’on avance et que l’on ne connaît pas, dévales-y dans l’absence

                             l’absence est poétique

 

4.

 

 

Tout n’est pas si anodin et en même temps ce que tulis

 

5.

 

Je dis. « J’étais heureux ce matin dans le médicament »

 

6.

 

Pas le moindre espace de contingence

 

                             et en même temps je m’appelle « Henri »

 

7.

 

 

Tout s’allume, tout est pédé

Lire la suite

RECEUIL : Tout est histoire du même

12 Mars 2020

1.

 

J’ai parlé aux morts dans leurs infatigables vitesses

                        

                                                           

 

 

 

                                                                       futurest raison

 

2.

 

Mais, tu as parlé ?

 

4.

 

le devenir travaille les négatifs

 

5.

 

                                                                       Il y avait le mot et le mot est dans « il y avait »

                                   dans la mot « il »

            il y avait

 

6.

 

l’orgue est Jetuil-Nousvousils

 

                                                           rets

                                                           centre

                                                           concassé

 

7.

 

Mon doigt s’éteint

Lire la suite

flower

10 Mars 2020

Remplir le sac

Dire des mots

Prendre un train

Dire des mots

Peindre avec les éléments mis dans

Le sac

Doubler l’enjeu

Et cela double du double

A l’infini événement

Cheminer 

Et voir une fleur

Ne pas penser qu’elle est belle

Mais penser qu’elle est une fleur

Encore 

Et 

Encore 

La regarder

Jusqu’à s’en pulvériser les yeux

Puis 

Repartir par le chemin

Avec le sac

Et le poème

Lire la suite

Parménidien

9 Mars 2020

le règne du sens s'étend secrètement jusqu'aux limites du non sens

Lire la suite

Le blanc et la mort

9 Mars 2020

Je vois un bâtiment blanc

J’essaye de plisser les yeux

Pour ne voire plus que le blanc du bâtiment

Je plisse, je plisse

Et tout à coup c’est une fenêtre qui s’ouvre

Un homme tombe

Mais je ne distingue pas bien sa mort

Je ne distingue toujours que le blanc du bâtiment

La mort de cet homme n’a aucune importance

Ce qui est important c’est que

Les yeux plissés

Je ne vois que le blanc

Comme le ciel l’est avec son nuage qui voile tout

À quoi donner l’effort de plisser les yeux

Et de ne voir qu’un petit bout noir tomber

 

Puis

Je regarde le ciel

Lire la suite

In fini

7 Mars 2020

La marche impérieuse du sens aboli, je l’écoute attentif. C’est un signe, non des gravats, des gravats de mots et une tête coupée sur le sol. Irrespirable lieu du non-lieu. Je suis attentif. Je tombe, je me relève. Quelle est la valeur du sens ? Aucune. Le sens est aboli dès le premier phénomène de vie biologique. Le hasard se mêle à l’eau et à la roche. L’iode et la peau de la roche. Voilà du lichen. Du hasard. Ç’aurait pu ne pas arriver mais c’est arrivé, conformément, dans le bien-dire de la grammaire de la mousse sur l’épiderme de la roche. Le gravats de mots, les graviers de Cloyes où je naissais et haïssais. Sens aboli de l’enfance que l’on retrouve de l’autre côté, doucereuse.

Lire la suite

La vie

7 Mars 2020

Il descend à 14 heures boire un café

Les tables ne sont libres

Les tables du déjeuner sont parties

Il dit à sa mère

« Allez ciao je vais écrire »

« Ouais ciao »

 

Il commande un allongé à Thomas

« ok » dit Thomas

En l’appelant Anthony 

 

Il ouvre un livre

Il le ferme

Il n’a rien à faire

Il se dit

« c’est cool »

 

Mais quelque chose de relou lui tend les nerfs

Le « c’est cool » c’est un « c’est cool » de faux jetons

 

Il paye Thomas et sort

Il va vers son scooter garé près de chez sa mère

Il monte la rue de Charonne

Il se dit ça rime avec Ariel Sharon 

« il se répète qu’il est juif »

 

Il va à la médiathèque Marguerite Duras

Trouve un numéro spécial des Cahiers Critiques de la Poésie sur Celan

Il le lit

Il sort et reprend son scooter

Il rentre chez sa mère

 

Il finit la bouteille de vin

Le jour baisse

 

Il n’a rien

A faire.

Lire la suite

Noël

3 Mars 2020

 

Je me prends à détester le liquide séminal de Noël, agrandissant le faux des fratries, des bonnes intentions et des tueries de masses 

Lire la suite

Le d4ng3R

3 Mars 2020

Pourquoi ne se dire à soi-même 

que les mots des autres

venus là pour trier les membres acoustico-vocaux

 

je mêle l’insondable d’un torrent où les pieds

s’y 

jettent

et il fait froid

et il fait chaud

et il faut y aller

retourner aux mots

 

peut-être était-ce un poisson

mais nul ne le sait

sauf moi

 

donc je ne dis pas peut-être

mais sûrement qu’un jour 

je me délivrerais

 

du joug des mots

venus des autres

 

avec ma canne

et mon

dentier

Lire la suite

Publié depuis Overblog

3 Mars 2020

Je sais maintenant ton nom

Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 > >>