Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

VAN GOGH Autoportrait, 1857

10 Janvier 2023

 

 

(mon air de défonce)

 

sont-ce tes yeux où

le transitoire loge ?

toi qui va comme le pasteur

à la rencontre venue de la vue

imparfaite

pourtant plus logique

Lire la suite

Poème à Allie

10 Janvier 2023

Je vis et je m’interroge 

Découvert dans l’angle de la pièce noire

Des pierres de personnes

Des centaines de cous raides

 

La nuit finit 

La mort l’éteint

que c’est beau de regarder le ciel

Lire la suite

La vie de Bertrand Jacques

5 Janvier 2023

1

 

Je m’engueule avec ma meuf

    Des saloperies sont sorties, genre “j’ai pas besoin de toi !”

 

Dans le uber, en montant les escaliers. La nuit.

Et il y a ce nuage blanc 

        Devant la Lune, je me rappelle de ma mère pleurer à cause des sous

Qui manquaient. Alors elle allait se saouler la gueule,

Quoi de plus simple ?

Il y a parfois dans le cerveau comme une présence du passé et un passé présent

 

2

 

J’en ai rien à battre moi de l’histoire, Hérodote tout ça

Ni même de la science ou de la philosophie

J’aime juste le café fort et ma fille

 

3

 

Il était content d’aller au boulot, il mangeant un croissant chez Paul et un café à emporter, fuma une cigarette légère. Et dans le métro il y avait plein de gens comme lui, ils avaient l’air contents.

À la sortie Saint-Lazare il.y avait peut-être un poème dans les feuilles qui tourbillonnaient, il faudrait y réfléchir un peu.

    Il arriva au bureau, sa secrétaire avait du retard mais il y avait quand même tous les documents PDF, elle les avait envoyés de son ordinateur à l’ordinateur de l’homme au croissant le soir. Il repéra dans le mail qu’elle avait fait ça à 2h37 du matin.

    Il réfléchit à son bonheur de travailler puis sortit  prendre l’air sur l’esplanade. Le premier septembre est passé, il allait travailler, il était content.


 

Et les feuilles continuaient de tourbillonner

 

4

 

J’avais 4 ans et lui 9, maman nous avait donné un bain moussant ensemble. Nous jouions avec nos batman et nos spiderman. Tout à coup, enfant innocent que j'étais, j'ai commis un excrément qui est revenu à la surface de l’eau.

Il m’en a parlé 20 ans plus tard.

Ça a dû vachement le choquer.


 

Lire la suite

Un screenshot parmi d’autres

5 Janvier 2023

Le corridor type de la nuit

Mélange de contrebasse et de piano

Un adagio mural

Décore mon décor

Il faut screenshoter le moment

Lire la suite

Ohne titel

5 Janvier 2023

Les missions

Ça querel

Ça enfouit

Où saturne réagit

 

Que les querelles roturièresòrdurièresô

Lire la suite

Le sourire

5 Janvier 2023

Je suis un être pas humain

Lire la suite

Pasternak

5 Janvier 2023

Dans la société mouillée, l’individu est une huître. Un haïku au milieu des Cantos.

Déborde la carcasse en fer, des poteaux en fer débordent des angles.

Et c’est une vie seule et sans moi.

La vie sans moi, ma soeur la vie, ma soeur la vie.


 

Lire la suite

Les mensonges de Dostoievski

5 Janvier 2023

Pour montrer que le Bien de Dieu ne se trouve pas dans les personnes auxquelles on aurait pu. Dostoïevski menace le livre de Alejandra, de se répandre en croûte molle sur son torse. Jument.

Dans la moelle d’une jument le mensonge, et son sabot fendue comme l’esquisse ouverte d’un sexe, elle-même recouvrant la ligne ouverte du mensonge

Lire la suite

Journal, cahier mercredi 4 janvier 2023 de Miley Cirrus

4 Janvier 2023

 



 

En descendant dans la cour du Riad, je m’enveloppe de mon visage le plus singulier. C’est à dire le visage de tout le monde. Des arabes, des blancs, des chinois. Le visage, comme dit Rilke au début des Cahiers de Malte Laurids Brigge, peut s’user et se partager dans l’usure. Donner son visage à quelqu’un qui n’en a pas. À son chien que sais-je. L’escalier par lequel je suis descendu est escarpé, dangereux, double : il me met en scène, descendant vers les domestiques du Riad et me permet de descendre simplement, sans caméra, appareil photo me shootant. Je suis ivre du beau pêcheur arabe, rapportant ses poulpes. Jamais plus il n’y aura d’Essaouira comme je la vis à cette heure. Jamais plus. Mais une autre Essaouira. Une Essaouira avec d’autres pêcheurs. Peut-être plus beaux, avec des traits plus fins. Mais cela m’étonnerait. Car le pêcheur, celui-là, qui a amené avec lui sa caisse de poulpe pour le dîner de poulpes frits, il ne reviendra jamais. Il est passé et c’est ainsi. Avec ses poulpes. Pour nous, habitants du Riad. J’ai hâte de retourner à New-York City raconté ça à Nicky. (Minaj). 

Lire la suite

Couleur indigo

4 Janvier 2023

C’est dans la croyance que je mise un paquet de fric

Car elle est toujours le meilleur moyen

De s’asseoir sur un banc d’un jardin

Et de regarder des gens vivrent

Lire la suite
1 2 3 > >>