Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La tarte aux pommes

19 Décembre 2022

 

«ohlala il ne fallait pas »

c’est ce que

nous a dit

 

la voisine

lorsqu’on a ramené une tarte aux pommes

pour le dessert

 

je me demande

« il fallait quoi alors ?

des rillettes,

des poils de pubis,

une tête d’homme arraché au tronc,

une brebis perdue ? »

 

non 

il fallait bien une tarte aux pommes

 

alors pourquoi nous dire

« il ne fallait pas »

Lire la suite

Mes amis

19 Décembre 2022

J’ai toujours eu envie d’avoir des amis tels que je les voyaient, étant petit, comme amis de mes parents. Surtout de mon père (Jean Marie Durand, Virginie Linhart, Gaelle…)

 

Moi je n’ai pas d’amis

Je me suis rendu compte que je n’aurais jamais d’ami tel ce fantasme d’enfant.

Comme s'ils se comprenaient, en riant ou en s’engueulant.

Moi j’ai toujours été méfiant avec mes amis.

Je les aimais tout en émettant un doute.

 

Même arrivé 35 ans, je n’aurai jamais d’amis comme papa ni maman

Je serai seul avec ma poésie de merde

Lire la suite

Les oui se gourrent

19 Décembre 2022

Le mythe animal percuté par le langage

Je dis langue

Je dis

Jeudi il y aura Allie qui reviendra de Austin Texas

Je dis le commencement du nerveux

Je dis pourriture à l’intérieur de la forme pourriture

Ce qui revient à exclure la forme

Je ne suis pas ce gros fils de, de, de Aristote

Je dis toison de sanglier

Sur masque de la sexualité

Langage est une fente

Comme John Fante

Je dis que j’aime bien John Fante

Exploration du siècle de Baudelaire

Scène parfaite pour les menstruations romantiques

Jeudi a dit l’ivresse alors qu’on était en pleine semaine

Et le spleen du lever ou la go est partie

Je me penche au-dessus du puits

Se reflètent des étoiles

Et puisqu’il y a des étoiles 

Il y a des mots

Et surtout Nuit c’est Nuit qu’on voir les constellations

C’est Soleil qui aveugle

Je commence à trouver le CNRS

Donc mythe animal bien carbonisé fouetté démembré

Par Jacques Attali

Et par Mehdi

Le mot = le mot

Un point et c’est tout

Non c’est pas tout je dis réguler est Académie 

Yourcenar n’a pas le poing levé

Encore moins Valéry

L’Académie c’est notoire

Pouvoir du code de la langue de l’idiolecte de l’idiome va te faire mettre j’ai pas d’autres synonymes

Il faut bruler Valéry Giscard d’Estaing 

(précision imposée par le scripteur : plus haut je parlais de Paul et non pas de Giscard)

Faut honorer quand même

Livre toi aux mains des habiles logos

Naomi Klein a écrit de ça il y a une vingtaine d’année No Logo

Et je sais pas si j’assume de porter des sacs poubelles dans la rue 

Pour être plus gentil envers les ouigours

Lire la suite

Brûle

19 Décembre 2022

La maison brûle

L’homme brûle dans la maison

Le chien brûle

Les enfants et la femme brûlent

Le jardin brûle les fontaines brûlent

Le temps brûle passé et futur brûlent

 

La duplicité brûle

La canette brûle

Le matin brûle

 

Pourquoi regarder sans cesse là où il n’y a rien à voir

 

 

Lire la suite

Une voix

13 Décembre 2022

J’arrache la table et le stylo, la feuille -

Mes jambes et mes mains, mes yeux -

En les disant je me troue.

 

C’est ma parole, le corps de ma pensée, l’étoffe, la tessiture la matière

De mon esprit.

 

Je me troue comme une toiture d’une cabane de Soukkot -

à la lumière du soleil je brûle en parlant.

 

C’est un seul mot inintelligible et clair qui dure avant et après

Ma voix n’est pas l’ombre des objets

Le mot vite est crié puis immédiatement -

Il n’y a plus de vitesse que le présupposé de la vitesse.

 

Je démembre la terre et ses os, racines sobres contre à compter

Combien le temps est enclos dans les choses -

Et non les chevaux qui se lèchent interminablement le dos l’un de l’autre.

 

J’aère le salon puis immédiatement une odeur faible, esquinte l’air -

Du salon où -

Non.

 

Il n’y a rien à dire sinon porté pâle et haut, troquer, ma parole

La parole n’est pas à marchander, elle se colle amour dit l’autre lune à l’autre lune de la « Lune » fléchir grésiller déterrer amener réenterrer, le pain à la main,

La bouche ouverte la parole m’est apparu un jour comme un trou dans le monde

Fait par ma bouche humaine - 

Et la pensée d’abord comme un creux, comme un coup de vide porté dans la matière.

 

Il n’existe pas de choses et la parole ne double pas un monde.

Lire la suite

Anoushka ou comment elle m’est venue

12 Décembre 2022

Venue à ce point que -

Venue danse

Dans la phrase -

 

Un pas de deux

Anoushka -

Pour eux,

Anoushka -

 

Et,

 

En pure réalité -

 

Dans les larmes et l’amertume

D’une danse coupée -

Comme du papier.

 

Le ventre 

Se dégonfle puis -

Se regonfle

 

La sordide exigence du multiple

Je n’en veux pas -

Disait la pensée.

 

Mais pensée n’est pas danse -

Et multipliée, 

La pensée est consolatrice -

Pour elle -

Sans doute.

Lire la suite

Note 2018

6 Décembre 2022

Dans la poésie ancienne le « tu » désignait la muse ou la bien-aimée pour qui était dit le poème ou adressé le poème. Au XXème le « tu » désignait l’auteur lui-même. Puis pour Celan ce « tu »fût adressé à sa mère.

 

 

Aujourd’hui il désigne qui ? ce tu ?

Lire la suite

Note

6 Décembre 2022

La sculpture est spatiale, la poésie temporelle

Lire la suite

Note sur la respiration

6 Décembre 2022

le poéme refuse

(à moins que ce soit moi ?)

à laisser passer

par le trou que construit le langage

construit par le langage

tout ce qui faisait respiration 

Lire la suite

PENSÉE DE LA VIRULENCE

1 Décembre 2022

ce sol est friable

dans l’espoir de me remplir j’attends

le temps soutenu des rois

le temps qui se congestionne facilement

pour devenir désert de poésie

 

l’enfant de mes tristesses

toujours présent, il n’y aura pas d’achèvement

 

il est né sur le carrelage

il demeurera un écart entre le désir et la déception

 

 

dans les plis

un statut noir

Bongo

Lire la suite
1 2 > >>